«Piazza Navona, ou Place Navone, la plus belle & la plus grande»: du stade de Domitien à la place moderne, histoire d'une évolution urbaine - Jean-François Bernard

di

invia la pagina per emailcondividi su Facebookcondividi su Twitter
  • Prezzo: € 55.00
    Aggiungi Carrello

    Descrizione:



    Collection de l’cole franaise de Rome 493
    Roma: cole franaise de Rome, 2014
    877 p., ill. coul.

    Le stade de Domitien fut l’un des plus prestigieux édifices de spectacle de la Rome impériale. Il a donné naissance à la piazza Navona, qui compte aujourd’hui parmi les places les plus fameuses et les plus animées du centre historique. Le tracé du monument antique est demeuré inscrit dans le quartier moderne et constitue un exemple exceptionnel de rémanence architecturale. Au delà des évidences, pour tenter de restituer le mécanisme de cette continuité urbaine qui résulte d’un enchanement complexe de phases de destructions, de réutilisations, d’oubli et de redécouvertes, c’est l’ensemble des étapes intermédiaires dont il convient de reprendre l’étude. Les 43 contributions réunies dans ce volume apportent de nouveaux éléments de réponse en explorant conjointement les données matérielles, l’histoire sociale, l’usage et la perception de la piazza Navona. Des origines de la place à ses évolutions les plus récentes, les approches archéologiques, architecturales, historiques ou anthropologiques soulignent la force des liens qui unissent la ville moderne à son passé et nous interrogent sur son devenir. Ce projet de recherche international et interdisciplinaire a été mené à bien entre 2006 et 2010. Il a été intégralement financé par l’Agence Nationale de la Recherche.



    Architecte DPLG, Jean-Franois Bernard a soutenu une thèse de doctorat intitulée Koilon et cavea, recherches sur l'architecture de spectacle grecque et romaine (Université de Bordeaux III). Après avoir occupé le poste d'architecte de fouilles de l'Institut d’tudes Anatoliennes (Istanbul), il a rejoint l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (USR 3155), puis l’cole franaise de Rome en tant que responsable du service archéologique.